L’Algérie Française : Origine




Dès le 16 -ème siècle la Méditerranée est une mer dangereuse où s’affrontent marines royales d’Europe contre Marine Ottomane (Turque) et leurs supplétifs officiels Corsaires et officieux Pirates, tous deux appelés Barbaresques. Les Barbaresques écument les Méditerranée et même la côte atlantique du Maroc à la recherche de n’importe quel butin matériel ou humain !





Les Barbaresques utilisent comme bases de repli les ports de la côte nord de l’Afrique du Maroc à l’Égypte.

En 1930, essentiellement pour sécuriser la Méditerranée et leur couper leurs ports de repli La France décide de s’installer sur la côte nord de l’Afrique et accoste dans le port de Sidi Ferruch, 30 Kms à l’ouest d’Alger. Peut-on dire qu’elle débarque en Algérie ? Non !



L’Algérie Française


Avant que la France n’arrive, l’Algérie n’existait pas. À la place il y avait un grand territoire, aux frontières incertaines. Ce grand territoire regroupait en fait ce que les envahisseurs arabes ont appelé Maghreb qui veut dire Occident et qui part du canal de Suez et va jusqu’à l’Atlantique et qui a pour frontière nord la Méditerranée et au sud le Sahara !

Il n’y a jamais eu qu’une organisation tribale dans ce territoire, parfois par ville quand une tribu possédait la ville.

La France a donc créé l’État Algérie en lui donnant le nom de la plus grosse ville : Alger.

Ensuite la France a créé les structures : les routes, les écoles, la poste, les hôpitaux et toute l’administration : police, justice, impôts…

Les Algériens devenus Français se sont effectivement battus sous de nombreux théâtres en Afrique, mais aussi en Europe notamment dans les deux guerres mondiales 14-18 et 39-45 !



Officiers Perdus


Chapitre XII page 185


— Le vin que l’on vous sert est un rouge de la Mitidja produit par une association de Bordelais et d’Algériens ! Il est déjà bon, mais d’après les Bordelais, il faudra dix ans pour atteindre son meilleur niveau ! Une raison de plus pour l’Algérie Française !


— Dites-moi, Saïd, vous, pourquoi êtes-vous pour l’Algérie Française, parce que toutes mes amies vont me le demander !

— Princesse, parce que l’Algérie EST Française ! Ce sont les Français qui l’ont créée ! Ils ont créé jusqu’à son nom et bien sûr ses frontières qu’ils ont défendues ! Nous avons eu auparavant des noms exotiques comme Barbarie, El Djezair ou encore Numidie sans oublier Ifrikya ! Et nous n’avions jamais existé en tant qu’État, auparavant, mais uniquement en tant que villes, tribus parfois territoires, mais c’est tout ! Donc oui rien que pour cela l’Algérie est française puisque c’est à la France nous devons son existence !

— Mais il n’y a pas que cela ?

— Non bien sûr, mais le reste en découle ! Comme il n’y avait pas d’État, il n’y avait pas de structures, la France les a toutes créées : les routes, les écoles, la poste, les hôpitaux et toute l’administration : police, justice, impôts… Hélas ! Cela marche aussi dans l’autre sens : nous avons versé notre sang pour la France. Rien que chez moi, mon oncle est mort à Verdun en 1916, mon frère en Alsace en 1944, et mon fils à Dien Bien Phu en 1954. Nous sommes Français par le sang versé, comme les légionnaires !

— Vous-même vous vous êtes battu !

— Oui capitaine dans les Tirailleurs algériens, débarquement de Provence et campagne de France dans l’armée d’Afrique comme mon frère, mais moi j’ai eu de la chance, pas lui !


— Et Princesse, sa modestie l’empêche de vous dire qu’il a la cravate de Commandeur de la Légion d’Honneur !

— Merci Jean Baptiste, j’en profite pour te dire que je serai candidat en septembre à l’Assemblée Nationale !

— Et bien on votera tous pour toi !


— Permets-moi d’ajouter que si les Français sont arrivés ici en 1830 c’est certes plus tard que les Basques sous Henri IV, les Antillais sous Louis XIV et les Corses sous Louis XV, mais plus tôt que les Niçois en 1860 ! Tous les Français ne le sont pas depuis toujours !

— Donc tu veux dire que vous êtes Français comme les Niçois, les Corses, les Antillais et les Basques ! Ça me plaît !

— Et tous ceux-là font d’excellents Français, vous ne trouvez pas ?

— Absolument Princesse !


La guerre d’Algérie commence en 1954. Il est important de constater que c’est donc 124 ans après l’arrivée de la France. C’est aussi moins de dix après le nouvel ordre mondial décidé à Yalta ù les deux empires naissants ont décidé la fin des empires britanniques et français.



Général Serge de Rochecroix


Officiers Perdus


Chapitre V page 85


Il reprit plus gravement, en croisant devant ses yeux ses deux mains longues et fines dans un geste où le solennel le disputait à l’élégance.


— Messieurs, je vais vous parler maintenant de ma vision de l’Algérie. Je n’ai pas besoin de vous demander votre parole d’officier pour que tout ceci reste entre nous, je sais que je l’ai. Quant à vous mon Père je vous demande d’accorder à cette conversation le même secret que celui de la confession.


Serge de Roche Croix parlait aussi avec la grâce d’un ecclésiastique de haut rang


— Cela va de soi mon Général.


— Bien, l’Algérie est, pour moi, la seule colonie de peuplement jamais réussie par la France, si on excepte la Louisiane ou Acadie que Napoléon a eu le tort de vendre aux Anglais, nul n’étant parfait, hélas. Un million et demi de nos compatriotes vivent ici sur une population totale de dix millions environ, soit quinze pour cent de la population, chiffre très important selon les sociologues. Ce sont avant tout des colons qui fournissent du travail aux autochtones. Leur plus grand succès est la fertilisation de la plaine de la Mitidja, qui fournit céréales, agrumes et vins qui sont commercialisés un peu partout, notamment en France Métropolitaine. Il faut ajouter des fonctionnaires et nous les militaires. L’Algérie est française depuis un siècle et tellement française qu’elle a le statut de département français, trois départements en fait, seule colonie à l’avoir jamais obtenu. Bien qu’il y ait une différence de statut entre les citoyens dits français et ceux dits musulmans, vous apprécierez la différence de sémantique, les deux populations vivent très bien ensemble et l’attitude exemplaire des troupes algériennes dans la Seconde Guerre mondiale, dont Mokhtar est un vivant exemple, est là pour l’attester. Le sang algérien a coulé pour la France y compris en Indochine.


— À Paris les politiques nous disent qu’il n’y a pas de problème algérien ! Il y a pourtant eu la Toussaint sanglante de 1954 où un couple d’instituteurs a été massacré. Il y a eu aussi en août 1955 le massacre de 123 colons à Philippeville dans le Constantinois suivi d’une répression sanglante où plusieurs milliers de musulmans probablement innocents de ce crime ont été tués en représailles. Ceci a malheureusement rappelé aux Arabes la répression sanglante des incidents de Sétif en 1946 ce qui n’est pas un bon souvenir. L’état d’urgence a été proclamé plusieurs fois à Alger. Mis à part ça, tout va bien ! C’est du moins ce que nous disent les Renseignements généraux, des civils, qui nous assurent qu’il ne s’agit que d’actes isolés, dans une région abandonnée par l’administration française et qu’il suffirait d’envoyer quelques gendarmes pour que l’ordre soit rétabli et que le calme revienne. Il est vrai que ces pékins sont les dignes héritiers de ceux qui disaient dans les années trente qu’Hitler était un illuminé, esseulé et totalement inoffensif !


— Quant aux Pandores, déjà qu’ils ont du mal à comprendre les patois de nos belles provinces, vous les imaginez régler le problème algérien, vous ?


— Ah ça non, Mon Général ! Ils n’ont jamais été capables d’empêcher les Basques de faire de la contrebande sur la frontière espagnole ! et je m’y connais, tu confirmes Peyo ?





285 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout